Avril 2021
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
Date : jeudi 1 avril 2021
2
Date : vendredi 2 avril 2021
3
4
5
6
7
8
10
Date : samedi 10 avril 2021
17
Date : samedi 17 avril 2021
18
Date : dimanche 18 avril 2021
19
Date : lundi 19 avril 2021
20
Date : mardi 20 avril 2021
21
Date : mercredi 21 avril 2021
22
Date : jeudi 22 avril 2021
24
Date : samedi 24 avril 2021
25
Date : dimanche 25 avril 2021
26
27
28
29
30

Contact

20 - 31, rue Feuillat Lyon 3ème

Tél : 04.72.68.68.17

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Le retour, à la fin des vacances de printemps, est prévu le lundi 26 avril 2021.



 

Retour à l'accueil

 

Une boulette de vacances

 

 

cadre video

 

Video1; Video2; Video3; Video4; Video5; Video6; Video7; Video8; Video9; Video10; Video11; Video12;

 

Retour

 

Les enfants des classes de CE1 ont découvert les Nanas de Niki de Saint Phalle. Ils réalisent une sculpture dans un atelier, rassemblant les trois classes, animé par Isabelle Jeannot.

 

Retour

 

Après l'Afrique et l'Australie, le périple artisitique des enfants de classes de CE1 se termine en Asie.

 

Voici les découvertes et le travail des enfants.

 

 

Retour

 

Les élèves de CE1 ont poursuivi leur voyage en se rendant sur le continent océanique.

Ils ont découvert l’art aborigène.

Les premiers habitants de l’Australie peignaient sur les parois des grottes. Les enfants ont observé que ces hommes dessinaient sur le sable, sur leur corps, sur le sol et que cet art était éphémère.

 

 

 

L’utilisation du « pointillé » est un des aspects qui caractérise la peinture aborigène : peinture et batonnet !

 

Grâce au matériel moderne, les enfants ont pu réaliser de magnifiques dessins avec feuilles et feutres !

L’animal est très souvent le sujet central.

   

J’ai donc cherché des dessins aborigènes et j’ai proposé aux enfants quelques animaux  : poisson, lézard, serpent, oiseau, kangourou, cervidé, tortue.

Ils ont choisi le leur, l’ont reproduit sur une feuille noire puis l’ont découpé Ils l’ont collé au centre d’une feuille blanche puis ont procédé au pointillisme autour de l’animal.

A partir des années 1970, et pour éviter la disparition totale de leur culture, les aborigènes ont abordé la peinture acrylique sur toile. Ces toiles contemporaines gardent la technique ancestrale des points et des bandes de couleur. Elles utilisent souvent les teintes dérivées des terres ocre, blanches et noires. La symbolique reste celle de cartes stylisées figurant des parcours initiatiques, des traces d'animaux, des points d'eaux.

De plus ces toiles ne sont jamais signées. Même si l'auteur est connu, il estime qu'il n'est pas propriétaire de son œuvre, mais que celle-ci appartient à toute sa communauté.

Terminons avec le beau sourire de ces deux enfants.

Et à bientôt

En Asie !

Isabelle Jannot,

professeur des écoles en classe de CE1

 

Retour

 

 

 

Les 3 classes de CE2 ont bénéficié de dix séances de lutte avec Yann au cours du premier trimestre. Les CE2A font un petit bilan de cette expérience.

 

En lutte, il y a des règles de sécurité : on est responsable de l'autre. Quand on fait tomber l'adversaire, il faut le retenir sinon il peut se faire mal. On ne doit jamais mettre ses mains sur la figure de l'adversaire ni autour du cou.

 

Pour gagner, il suffit de mettre son adversaire sur le dos.

J'ai aimé la lutte parce que c'était amusant. J'ai appris plein de choses : la lutte debout, les combats assis...

Anaïs

 

J'aimé la lutte parce que ça permet de se défouler.

Ezio

 

J'ai aimé la lutte parce que le prof est gentil.

Manon

 

J'ai aimé l'échauffement avant de commencer les combats parce que ça me donne des forces et c'est rigolo.

Léo

 

J'ai surtout aimé le jeu du petit oiseau : il fallait se glisser derrière le dos de l'autre en passant sous le bras, lui faire une ceinture arrière et le porter.

Lucie

 

J'ai aimé parce que c'était rigolo et sportif. J'ai aimé le jeu du jardinier et des tortues parce qu'il faut retourner les copains.

Sonia

 

J'ai aimé parce qu'on changeait toujours de jeux et on faisait toujours la montée-descente à la fin.

Ismaël

 

J'ai aimé le jeu de la queue d'âne : on a un chiffon dans le pantalon et on doit enlever le chiffon d'un copain. Celui qui s'est fait enlever le chiffon est éliminé et celui qui garde son chiffon a gagné.

Elias